Huy, comme d'autres communes wallonnes va devoir accueillir des réfugiés et migrants, 26 à ce jour, répartis selon Fedasil en 35% d'hommes seuls, 3% de femmes seules, 11% de mineurs non accompagnés et 38% de familles.

Précision sémantique indispensable.

Il existe une différence entre réfugiés et migrants. Si tous les réfugiés sont des migrants, tous les migrants ne sont pas des réfugiés.

Et il est symptômatique de constater que les partis néolibéraux du fédéral préfèrent englober tous les êtres humains qui fuient leur pays comme des migrants. C'est plus lisse et ainsi on ne tient pas compte de la souffrance de ces personnes et de l'horreur de la situation actuelle.

Pour le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) les réfugiés en Europe ou au Moyen-Orient sont principalement des Syriens, Afghans, Irakiens ou encore des Libyens. Autant de pays en proie à des guerres civiles largement reconnues sur le plan international.

Le HCR déclare donc qu’il reconnaît comme « réfugié » toute personne fuyant le pays et correspondant à des profils parfois très spécifiques (opposants, journalistes) mais aussi très larges : enfants pouvant être menacés par des actes de violence, femmes risquant d’être violées ou mariées de force, personnes appartenant à un groupe religieux ou un groupe ethnique… ce qui recoupe toute la population. Les soutiens du gouvernement, traqués par les rebelles, sont également inclus. Seuls les individus reconnus comme ayant commis des actes de violence sont exclus de cette disposition.
 
Pour être "réfugiés", il faut introduire une demande d'asile (le traitement d'icelles sont drastiquement réduites par le ministre N-VA... évidemment) mais comme les pays d'où sont originaires les réfugiés sont en guerre, il n'est pas besoin pour eux de démontrer la nécessité de quitter leur pays. Ils sont dits "réfugiés prima facie" et donc pas besoin d'apporter une preuve de leurs persécutions.

Le Gouvernement fédéral le sait et donc on réduit le traitement des dossiers patr l'Office des étrangers, on passe de 250/jour, déjà insuffisant, à 60/jour.

Pour l'accueil de ces réfugiés, le CPAS de Huy compte réserver 2 bâtiments, ce qui sera insuffisant toutefois.

A savoir une maison sise Chaussée des Forges pour une famille et un espace ruelle Mottet (derrière le CHR) qui pourrait être transformé pour accueillir 8 à 10 personnes isolées (des hommes seuls quoi).

Comme l'A.R. entre en vigueur en avril, la commune de Huy aura alors 6 mois pour mettre en place cet accueil.